extracts



︎︎︎



12

La seule chose qui survit à une époque, c'est la forme d'art qu'elle s'est crééeAucune activité ne deviendra un art avant que son époque ne soit terminée.

Hollis Frampton, in Jean-Luc Godard,  Livre d’image, 2018

11

“ Nulle vérité n’est absolue ni finale. Ce qui compte, c’est l’action de penser, de sentir, et la liberté de réfléchir. ”

D.W Winnicott  


10

 « Was schön ist das weiss ich nicht »

Dürer  


9



Susan Sontag, On Photography, originally appeared as a series of essays in the New York Review of Books, 1973-1977, and published in 1977 by Farrar, Straus & Giroux, New York.

8

Domination and the Everyday

︎   ︎︎   ︎︎︎

Martha Rosler, 1978,  Technical Assistance: Allan Sekula, Bill Jennings, Sarah Culotta, Jim Knox.
Color, sound, 32:07’

7

Manhatta

︎   ︎︎   ︎︎︎

Paul Strand + Charles Sheeler, 1921, first avant-garde films made in the United States, the city of the world portrait made with  french-made camera Debrie (1918).
B&W, 10’



6

 “I didn’t photograph people as an example of New York urban something or other. I don’t have a philosophy. I have a camera. I look into the camera and take pictures. My photographs are the tiniest part of what I see that could be photographed. They are fragments of endless possibilities. (...) I think I’ve said this before many times—that photography allows you to learn to look and see. You begin to see things you had never paid any attention to. And as you photograph, one of the benefits is that the world becomes a much richer, juicier, visual place. Sometimes it is almost unbearable—it is too interesting. And it isn’t always just the photos you take that matters. It is looking at the world and seeing things that you never photograph that could be photographs if you had the energy to keep taking pictures every second of your life.”

Saul leiter, 2013, Time, A Casual Conversation with Saul Leiter


5

“Sometimes a photographer is a passenger, sometimes a person who stays in one place. What he watches changes constantly, but his watching never changes. He doesn’t examine like a doctor, defend like a lawyer, analyze like a scholar, support like a priest, make people laugh like a comedian, or intoxicate like a singer. He only watches. This is enough. No, this is all I can do. All a photographer can do is watch. Therefore, a photographer has to watch all the time. He must face the object and make his entire body an eye. A photographer is someone who wagers everything on seeing.”

Shomei Tomatsu, 1968

4


« L’unité réelle minima ce n’est pas le mot, ni l’idée ou le concept, ni le signifiant, mais l’agencement. C’est toujours un agencement qui produit des énoncés. Les énoncés n’ont pas pour cause un sujet qui agirait comme sujet d’énonciation, pas plus qu’ils ne se rapportent à des sujets comme sujets d’énoncé. L’énoncé est le produit d’un agencement, toujours collectif (…). Le nom propre ne désigne pas un sujet, mais quelque chose qui se passe, au moins entre deux termes (…). L’auteur est un sujet d’énonciation, mais pas l’écrivain, qui n’est pas un auteur. L’écrivain invente des agencements à partir des agencements qui l’ont inventé, il fait passer une multiplicité dans une autre. Le plus difficile, c’est de faire conspirer tous les éléments d’un ensemble non homogène, les faire fonctionner ensemble (…). Ni identification ni distance, ni proximité ni éloignement, car, dans tous ces cas, on est amené à parler pour, à la place de… Au contraire, il faut parler avec, écrire avec (…). C’est cela, agencer : être au milieu, sur la ligne de rencontre d’un monde intérieur et d’un monde extérieur ».

Gilles Deleuze, Dialogues, avec Claire Parnet, Flammarion, 1996


3


“De la légère déviation d’une trajectoire trop rectiligne vinrent rencontres, créations, grouillement de la vie et des idées et tous les possibles” (…)


Lucrèce, de la nature des choses


2

"Il nous est né depuis peu d'années une machine, l'honneur de notre époque, qui, chaque jour, étonne notre pensée et effraie nos yeux. Cette machine, avant un siècle, sera le pinceau, la palette, les couleurs, l'adresse, l'habitude, la patience, le coup-d'œil, la touche, la pâte, le glacis, la ficelle, le modèle, le fini, le rendu (...) Avant un siècle, il n'y aura plus de maçons en peinture : il n'y aura plus que des architectes, des peintres dans toute l'acceptation du mot (...) Qu'on ne pense pas que le daguerréotype tue l'art. Non, il tue l'œuvre de la patience, il rend hommage à l'œuvre de la pensée. Quand le daguerréotype, cet enfant géant, aura atteint l'âge de la maturité ; quand toute sa force, toute sa puissance se seront développées, alors le génie de l'art lui mettra tout à coup la main sur le collet et s'écrira : "A moi, tu es à moi maintenant ! Nous allons travailler ensemble."

Walter Benjamin, en 1885 - in A. J. Wiertz, œuvres littéraires, Paris, 1870


1

"L'arsenal de concepts qui sert à la présentation d'une idée la manifeste sous la forme d'une configuration conceptuelle. Car les phénomènes ne sont pas incorporés aux idées. Ils n'y sont pas contenus. Au contraire, les idées sont leur agencement virtuel objectif, leur interprétation objective. Si elles ne contiennent pas les phénomènes en les incorporant, et si elles ne se volatilisent pas dans des fonctions, dans la loi des phénomènes, dans l'hypothesis, alors la question se pose de savoir de quelle manière elles touchent aux phénomènes. Et voici quelle est la réponse : en les représentant". (...)

Walter Benjamin, Origine du drame baroque allemand, conçu en 1916, composé en 1925



 

︎